Association Culturelle et d'Etudes de Joigny
Accueil  >Activités  > Monuments remarquables...  > Epitaphe insolite

Epitaphe insolite

A la mémoire de Joséphine Mazé

A LA MEMOIRE DE JOSEPHINE MAZE

DECEDEE LE 8 JUIN 1900 DANS SA 69E  ANNEE

EPOUSE DE GENDRE LOUIS ET DE HENAULT JEAN-BAPTISTE

NEE AUX LINDETS COMMUNE DE VIILEFRANCHE-ST-PHAL LE  7 AOUT 1831.

PETITE-FILLE DE JEAN-FRANCOIS MAZE

LABOUREUR PROPRIETAIRE A VILLEFRANCHE

FONDE DE POUVOIR ET PROCUREUR SPECIAL DE L'ABBE DUMAUROUX[1

DERNIER ABBE DU COUVENT DES ECHARLIS 1774 A 1781

_______________

ELLE LAISSA LE MENSONGE AUX MECHANTS

ET LEUR FIT UN SOURIRE EN PARTANT

ELLE FUT BONNE ET DONNA SELON SES MOYENS

C'EST POUR CA QUE L'ANGE LA MIT LA SI BIEN

PAR SON TOUT DEVOUE FILS

CHARLES HENAULT

[1] Guillaume Barnabé du Roch de Mauroux, Docteur en Sorbonne, désigné par le roi en 1774.

Située sur la commune de Villefranche Saint-Phal, à 5 kilomètres de Cudot[1], l’abbaye des Écharlis serait la première fondation de l’abbaye de Fontenay ; son établissement est rendu possible par la donation de terres que fit un certain chevalier Vivien, seigneur de La Ferté-Loupière au prêtre Etienne et à ses deux compagnons Théobald et Garnier.

Fondée entre 1108 et 1120, cette abbaye cistercienne bénéficia à la fin du XIIesiècle de l’aura spirituelle que lui apporta le voisinage de la Bienheureuse Alpais, qui vivait en odeur de sainteté à Cudot et dont un cistercien de l’abbaye fut le premier chroniqueur.

Ruinée par les guerres du XVesiècle, l’abbaye fut gouvernée jusqu’en 1530 par des abbés réguliers. Après cette date, et jusqu'à la Révolution, les abbés commendataires, choisis par le roi, se contenteront le plus souvent d’en confier lepouvoir spirituel au prieur. Avec la Révolution qui met fin à la conventualité, l’abbaye, vendue comme bien national, est en partie démolie. Ne subsistent aujourd’hui que les arcades du cloître du XIIesiècle, la porterie du XVIeet une chapelle du XVIIIesiècle.

Dans le jardin jaillit toujours la source qui eut jadis grande réputation et dont vinrent faire usage, dit-on, les rois Louis VIle Gros et plus tard, François Ier.

(2e cimetière, carré n°6, côté allée, Concession n° 852).

[1] Et à 24 km de Joigny, sur la RD 943.

Epitaphe Epitaphe et personnes inhumées Tombe Mazé (vue de face) Tombe Mazé (situation cimetière)